REIMS QI GONG, Tai Chi Chuan
    SOMMAIRE  |  COURS DE TAI JI QUAN  |  STAGES |  TEXTES ANCIENS | 
 |  LECTURES DIRIGEES  | 
A PROPOS DE L'ENTRAINEMENT ET DE LA PRATIQUE DU TAICHI CHUAN - LE YANG SHENG

L'entraînement au Taichi Chuan n'est pas simplement lié à l'exécution de la forme, l'enchainement de mouvements lents, désormais bien (re)connus (du public), mais consiste principalement, selon le niveau, à préparer le corps, à exercer la souplesse, l'équilibre, la centralité et le relächement, par la tenue de postures, à ouvrir la porte à l'exercice du Yi (intention) juste et, par la répétition d'exercices ad hoc (ouverture des articulations étirement des muscles et des tendons, globalité du geste), à aborder la mise en applcation du non-agir (Wu Wei).
Ainsi, l'exécution de la forme sert de repère, de jalon, de base de référence, non seulement pour synthétiser le travail en aval, mais aussi pour apprécier les progrès effectués.
Les mains collantes ou Tui Shou corrspondent à un exercice spécifique servant à affiner la perception du centre et de la stabilité du partenaire.
La mémorisation de la forme constitue donc une étape préliminaire essentielle de l'apprentissage exigeant un effort initial important. A partir de là, il s'agira d'approfondir l'exécution de chaque geste, en détail, dans sa dimension à peine visible, à la lumière des principes propres au Tai Ji Quan et plus généralement au Yang Sheng.


Illustration - entraînement - Zhang Dongwu



Tui Shou - les mains collantes












Approche pédagogique proposée au club cette année :
. S'engager au préalable à suivre régulièrement au moins deux séances de pratique par semaine afin d'apprendre aussi rapidement que possible les postures et mouvements de base de la forme, pour approfondir les transitions, l'enchainement des postures correctes, la mise en oeuvre la centralité, l'exercice du Yi juste, les principes,..
. Participer enfin à un ou deux ateliers/stages de pratique durant l'année.



Avertissement aux débutants : Le Taichi n'est pas une gymnastique douce : par contraste avec une idée reçue ou plutôt colportée, il ne s'agit pas d'enchainer des mouvements lents, mais de travailler sur ce qui sous-tend le geste juste, ce qu'on ne voit pas, dans le cadre d'une progression et d'un approfondissement permanents. Le TAICHI CHUAN exige à ce titre un engagement minimal dès le départ, un investissement substantiel au niveau quantitatif et une attention soutenue au moindre geste (mains, poignets,...). C'est pourquoi nous recommandons vivement au minimum deux séances de pratique par semaine. Faute d'engagement suffisant, le débutant se retrouve en effet vite dépassé, égaré, voire completement perdu, lors de l'exécution des formes, des enchainements qui synthétisent les principes essentiels du Tai Ji Quan et qui servent à évaluer les progrès. Une base de Qi Gong est également conseillée pour aborder l'apprentissage du TAICHI CHUAN.



A partir d'un certain niveau de pratique, il peut être intéressant de saisir ce qu'est la culture du Xing (Yang Xing ou Xing Shu), son sens originel et le but poursuivi. C'est précisément ce que recouvre la notion de Yang Sheng, terme utilisé dans la pensée taoiste pour désigner la discipline permettant à l'homme de réaliser sa propre nature (Xing) au travers d'exercices corporels intentionnels (Tai Ji Quan, Dao Yin,...) et plus généralement d'exercices d'euthymie, exercices philosophiques ou spirituels (selon la définition proposée par Pierre Hadot (au sujet des pratiques philosophiques de l'antiquité : stoïcisme, épicurisme, cynisme exercées au portique, au gymnase, au jardin...).

«Ce qui naît (Sheng), c'est ce que nous appelons nature (Xing)» Mencius

«...certaines [choses] nourrissent la nature [humaine], d'autres la font grandir... ce qui nourrit (Yang) la nature [humaine] (Xing), c'est la pratique, ce qui cause la croissance de la nature [humaine], c'est la Voie.» Xing Zhi Ming Chu

«…chacun n’émane que de soi-même. Mais qui déclenche cette spontanéité universelle ? » Zhuangzi

«[Il s'agit de] développer la quiétude et la transparence originelle de la substance de l'esprit.»  Zhu Xi

Le point, c'est qu'à condition d'y consacrer suffisamment d'effort et d'application, l'interprétation des textes anciens s'avère riche d'indications, puisqu'elle met à jour, en travaillant par les deux bouts, des pistes originales dignes d'être explorées à l'entraînement. Ce travail nous permet de comprendre vraiment les traditions chinoises de culture de soi qui se sont construites sur ces textes et dont les mêmes principes structurent le Tai Ji Quan authentique.
C'est pourquoi nous organisons au club des séances de lectures dirigées dans le but de dégager des idées, des notions et surtout des pistes pertinentes à la pratique du Yang Sheng. C'est un travail de détail, mais il permet d'identifier les pistes d'exercices susceptibles d'être mises en pratique.




Lectures dirigées - Textes anciens - Intertextualité - Cliquer ici -   facebook

Cours de Tai Ji Quan proposés à Tinqueux - Cliquer ici

Points de vue de néopratiquants de Tai Ji Quan - Cliquer ici

Dimension martiale du Tai Ji Quan - Cliquer ici

Stages & ateliers de Tai Ji Quan - Cliquer ici


Forme 23 - Tai Ji Quan style Chen - Cliquer ici

Dix points essentiel du Tai Ji Quan style Chen
  • Faire monter le Qi au point Bai Hui
  • Rentrer la poitrine en relâchant les Reins
  • Distinguer le vide du plein
  • Baisser les épaules et les coudes
  • Conduire le Qi par la pensée
  • Coordonner le haut et le bas
  • Coordonner l'extérieur et l'intérieur
  • Enchaîner les mouvements
  • Chercher le repos dans le mouvement.


facebook

03 26 83 87 27




  




































Taichi Chuan Yang Tai Ji Quan style Yang










Forme simplifiée


























Parc de Muire
15 D, AVENUE SALENGRO à TINQUEUX

03 26 83 87 27